Menu Accueil

Action: recevoir les graines adaptées au sol et climat (Réussissent avec peu de connaissances, travail ni organisation!)

Origine de la démarche

Pour mon usage personnel ce fut un très long travail de retrouver toutes ces espèces (parfois à l’étranger) et de les renseigner. Aussi j’ai pensé que ces informations vous seraient utiles, réunies dans des articles comparatifs, consultables sur fruitforestier.info.

En même temps, j’ai pensé à importer ces graines.

Chaque jardin pourra ainsi être ensemencé et devenir l’ambassadeur de cette démarche bénéfique pour les humains mais aussi les animaux sauvages, parfois même pour les espèces proposées car leur milieu d’origine est menacé.

Je les propose à l’échange, et les partage s’il n’y a pas d’échange envisageable, mais pour que ce soit possible il faut que (vos) dons couvrent les frais d’achat indiqués dans le tableau* (achat à des grossistes, ou producteurs).

J’ai choisi les fruits les plus doux parmi ceux qui peuvent se reproduire correctement par graines afin de réaliser des forets fruitières pérennes et autonomes par semis direct. Certaines plantes sont banales et d’autres rares ou inédites.

* Comment utiliser le tableau

Un tableau (que je vous enverrais sur demande) résume la liste des plantes disponibles sous forme de graines et parfois de boutures.

Leurs noms sont dans la colonne de gauche; Ils sont des liens Web actifs, qui vous permettent de visiter les pages Web qui détaillent la plante, en commençant par son article comparatif publié sur fruitforestier.info (qui contient chacun un autre tableau plus succinct, de comparaison avec ses cousins de la même espèce) . Il est possible de me demander des précisions ou d’en apporter vous-mêmes.

Les autres colonnes sont autant de critères afin de choisir et semer au bons endroits (tolérances de froid, de sol, lumière, climat, dimensions, etc, etc). Vous disposez même d’une option pour trier les résultats selon les critères et caractéristiques qui vous intéressent.

Sur demande par mail en attendant meilleure solution publiée, ce TABLEAU résume les graines que je partage (et inclue mes dernières découvertes pas toujours publiées sur le site). Attention: je n’enverrais pas de mails périodiques ni ne transmettrais votre adresse mail à qui que ce soit. Ce serait à vous de re-solliciter une mise à jour (nouveau mail de ma part) lorsque vous auriez encore besoin.

Nombre de graines par petit sachet

Ce nombre est indiqué dans une colonne mais au besoin vous pourrez doubler ou tripler celui-ci sur demande (pour le même prix, contre l’engagement de les semer rapidement dans de bonnes conditions) à l’exception des noms ou prix suivis d’une astérisque.

Une autre colonne indique un prix par gros sachet, précisant poids et nombre de graines par gramme.

Délai d’attente maxi estimé (colonne de droite).

En général vous obtiendrez les graines en 15 jours quand elles sont en stock. Dans le cas contraire est indiqué « 1 an » quand il faut attendre la prochaine récolte (donc un an est en réalité le maximum), ce qui permet une germination plus rapide quand les graines sont fraichement récoltées (je développe plus loin). Quand est indiqué 2 ou 5 ans il s’agit simplement de l’estimation avant que la plante me fournisse des graines.

Lors de votre commande ; selon votre expérience :

Lorsque vous aurez réussi des semis, lors d’une commande indiquez combien d’arbres vous auriez la possibilité de semer encore, afin que j’envoie des graines de rab quand c’est possible, gratuitement.

Quel que soit le % de graines qui donnent un arbre, c’est toujours une réussite : Au prix dérisoire des graines, même si dans certains cas seules 20% germent. Cette sélection naturelle, ainsi que le semis directement à l’emplacement définitif, sont des avantages pour l’adaptation.

Il faut enfouir à moins d’1cm, ou 1mm pour les graines les plus petites ; et maintenir en humidité constante pendant quelques jours à quelques mois. Certaines graines prennent 1 an ou même jusqu’à 4 ans pour germer comme par exemple la noix de coco du chili (qui tolère -14°C) et tolèrent dans ce cas que l’humidité ne soit pas constante sans sécher complètement.

===========================================================================

Le « semis direct »

est un moyen efficace et économique permettant de coloniser rapidement des hectares en privilégiant d’abord un enracinement profond, donc l’autonomie des arbres. J’ai constaté chez moi après 10 ans, que tous les semis DIRECTS déposés en terre entre 2002 et 2006, dépassent la hauteur de tous les arbres transplantés en 2002. Voir mes articles en tapant « semis » dans la fenetre rouge de recherche interne sur fruitforestier.info

Graines reçues quelques mois plus tard = gain de temps

Les graines stockées qui étant entrées en dormance, auront besoin d’1 à 2 hivers en terre avant de germer.

Les graines fraiches (envoyées au fur et à mesure des nouvelles récoltes):

  • parfois non séchées à mettre en terre impérativement à réception, en présence d’eau la levée est immédiate,
  • si elle sèche elle entre en dormance. (ou meurt, notamment l’asiminier, l’eriobotrya, l’avocat).
  • sont parfois bien mûres ou mi-sèches donc entrées en dormance, c’est ce qui leur permet de germer pendant les pluies de printemps, à condition bien sur qu’elles soient placées en conditions réelles donc en terre dès que possible, et y subissent une période de froid indispensable pour lever leur dormance.

Pour rester viables, les graines sont placées en sachet plastique qui conserve de l’humidité, le papier ne protège pas de la dessication.

C’est un gain de temps comparé aux graines trop vieilles qui parfois achetées sur certains sites généralistes, sont livrées immédiatement mais ne germent jamais.

Selon mes observations comparatives, c’est un « gain de temps » aussi parce que les arbres issus de « semis direct », après quelques années, poussent mieux et plus vite en dépassant la hauteur des scions qui auraient été (trans)plantés la même année! (l’année du semis des autres).

La tolérance aux records de froid :

Une carte de France des records de froid est visible à http://www.meteopassion.com/records-absolus.php. .

Au contraire, le classement des « zones de froid » sont des moyennes de minimas DONC il peut arriver exceptionnellement que cela descende en-dessous.

La limite (tolérance) au froid est difficile à trouver dans la littérature, et mon tableau en indique parfois des approximations notamment quand j’écris « -20°c ». Lorsque mes chiffres sont plus précis en revanche, ils sont issus d’une observation sur le terrain, sauf que pour araucana araucaria, réputé geler à -12°C dans la littérature, j’indique une température de tolérance constatée en aveyron (-24°c), mais ce n’est pas la température léthale que j’ignore encore. Une limite est à relativiser, car chaque semis sera plus ou moins tolérant, et cela dépend aussi de l’exposition et du sol. Les plantes en limite de tolérance chez vous seraient idéalement placées à l’ombre du soleil du matin (un dégel trop rapide étant fatal en cas de gels trop intenses).

Par « originel » je tente de résumer:

qui se reproduit bien par graines sans que le fruit obtenu soit toujours moins bon que l’original. « assez » fidèle rappelle que chaque semis est unique: même si chaque graine provient d’un même pied-mère, parfois le résultat est apparemment identique, parfois meilleur et parfois moins bon. Cela évite d’avoir des clones, favorise la pollinisation et évite trop de consanguinité, les futures graines transmettront donc de meilleures qualités. Par exemple, la plupart des graines issues de pommes commerciales donneront de mauvaises pommes. Mais quelques rares variétés portant un nom pour avoir été cultivées, se reproduisent correctement par graines. J’ai donc choisi le terme « originel » pour englober des espèces (sub)spontanées qui se reproduisent par graines depuis des millénaires, et aussi certaines variétés cultivées mais « assez fidèles par semis ». Issues de temps immémoriaux, tout en ayant naturellement évolué en s’adaptant aux conditions.

Certains fruitiers sont (re)trouvés dans d’autres pays.

J’entends parfois parler de « variétés locales » ou « espèces endémiques »; Mais il n’y a en France, par exemple, aucune forêt primaire, c’est à dire que toutes les forets ont été rasées à une époque ou une autre, les forets existantes ont repoussé et on ne sait pas quelle était la diversité à « l’origine ». Il y a eu des périodes glaciaires qui ont pu faire diparaitre des espèces. Et même si elles n’ont jusqu’alors jamais poussé ici, elles pourraient maintenant prospérer et nous n’aurions plus besoin de raser des forets pour nous nourrir, les fruits coloniseraient vos friches et remplaceraient avantageusement les céréales en apportant des nutriments de meilleure qualité.

CCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCC

La rubrique « Forêts fruitières » contient plus de 60 articles, + de 60 espèces y sont comparées avec leurs centaines de cousines moins bonnes que je n’adopte ni ne partage. Les chiffres entre crochets renvoient aux références que l’on peut voir en fin de la fiche en anglais, en cliquant sur le nom dans le tableau de mon article. A la fin, le logiciel indique le nombre de commentaires en incluant ceux qui n’apparaissent pas grâce au filtre anti-spam… dommage qu’ils soient pourtant comptés publiquement.

Je précise d’abord la limite de froid pour chaque plante présentée sur mon site. Pour envisager ce que vous pourriez introduire chez vous, regardez cette carte de France des zones de froid: http://nature.jardin.free.fr/zone.html
La carte des » zones de froid » indique la moyenne des records de chaque année. Elle diffère de cette carte de France des records de froid: http://www.meteopassion.com/records-absolus.php car il ne s’agit pas des moyennes mais bien des records absolus (historiques) qui sont souvent 10°C en dessous. C’est cette 2ème carte qu’il faut considérer pour savoir les chances d’acclimatation de plantes qui devraient rester vivantes en hiver.
Par exemple, pour garder vivantes des plantes dont la limite est -4°C, il faut les introduire très près de la mer à Menton (06) et Perpignan (66) sans garantie, mais entre ces 2 villes le foid peut descendre à -10°C (-8°C à Nice, par exemple).
On peut améliorer les chances de réussite proche du rayonnement de chaleur d’une maison et à l’ombre du soleil du matin car le dégel brutal peut être fatal).
Autour de -10°C, en bordure de plage sur toute la cote atlantique (attention à la tolérance au sel, et ce pourrait être moins doux dans les prochaines années en raison de la fonte des glaces du pôle nord qui arrêterait le courant marin qui circule de l’équateur au groenland), ou en bord de mer mediterranée. Mais à quelques km vers l’intérieur des terres, par exemple à Aix-en Provence, Montpellier etc, les records vont à -12°C, -15°C…. Mefiez vous des cartes dont les liens précèdent, car les villes n’y sont pas écrites. Voici une carte des villes à superposer: http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/carte-france-villes.html
A postériori pour savoir si l’une de vos plantes est + ou – rustique que prévu, un thermomètre à enregistrement des minimas est irremplaçable car la température varie beaucoup même à seulement quelques KM de la station météo, et même d’un bout à l’autre d’un même jardin.
Vous pouvez consulter les mesures effectuées dans la station météo la plus proche jour par jour, ici: http://www.infoclimat.fr/climatologie-mensuelle/000Z8/janvier/2017/aix-en-provence.html

Graines:

Vous pouvez les commander et semer sans connaissances, travail ni organisation

Il est possible d’envoyer courrier, chèque, ou payer par PayPal.Me/fruitforestier.

Je propose ici le recensement, info et facilitation de variétés sauvages (uniquement de fruits doux) dont une partie était jusqu’alors ignorée, et pourtant excellentes sans aucune sélection humaine. Elles peuvent donc se (re)semer, fidèlement ou presque*, et former des forêts d’abondance.

*Les petites différences de chaque graine permettent une petite évolution et sélection naturelle. En se pollinisant mutuellement, les plantes ainsi obtenues produiront des graines qui ne seront pas issues de croisement d’individus strictement identiques (boutures, greffes), donc l’espèce ne dégénèrerait pas.

Le semis réserve parfois de bonnes surprises. « Pour les semis d’arganier, la résistance au froid est très contrastée,allant de -8°c à -27°c » (Autrevie). Pour vérification, j’ai trouvé un vendeur qui indique une rusticité d’Arganier de -5°C à -20°C.

+ de détails sur le comment et le pourquoi

 

Transmission des infos :

Les droits d’auteur impliquent que ce travail ne peut pas être revendu sans autorisation. Pour un usage gratuit, transmettez de préférence le lien-source « fruitforestier.info », afin que :

  • Le destinataire se fasse envoyer une liste réactualisée (mises à jour fréquentes)., à chaque fois qu’il le demandera (sinon pas d’envois automatiques).

  • Le destinataire aie les infos complètes.

Si vous voyez des modifs et compléments à faire, svp concertons nous, et transmettez moi le lien-source de l’info; ceci afin que je vérifie, l’exactitude ou l’inexactitude de cette source. Peut-être cela fera l’objet d’une mise à jour de mon article, dans ce cas je citerais le prénom ou pseudo de l’informateur selon son souhait.

5 commentaires

Forum: Ecris ici un message sur ce sujet? avec références s'il y en a? Tu peux rester anonyme, ou t'identifier notamment pour être joignable. Tes votes participeront a mettre les commentaires les plus pertinents en haut. To see other countries comments, click on your language